Coronavirus : la guerre asymétrique des super riches?

Alors qu‘on nous confine pour des semaines, que l’on suspend nos droits de circulation libre et de réunions, que l’on étouffe les petites et moyennes entreprises et que la situation met le salarié en détresse, on se demande que ce qu’il se passe..

En Espagne un randonneur peut avoir une amende de 600 €, pietons sont chassés par des drones et le parlement danois vient de passer une loi permettant à la police, aux militaires et à des services de sécurité privés de pénétrer dans des logements pour imposer par force des traitements.
Selon l’Institut Robert Koch, en Allemagne le 17 mars la mortalité était à 0,3 % avec 17.000 personnes infectées. La grippe de 2017/18 a causé 25.100 décès en Europe, en Amérique latine l’épidémie de dengue a une mortalité de 20% des personnes infectées et en 2015 en Afrique la tuberculose avait atteint une population de 10 millions avec 2 millions de morts - aussi causée par l’affaiblissement des systèmes de santé sous la pression de la banque mondiale.

Concernant le taux de mortalité élevé en Italie -plus précisément en Lombardie- il y a plusieurs facteurs déjà expliqué sur :
http://artdevivresain.over-blog.com/2020/03/covid-19-on-tient-un-suspect.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

On se demande… Est-ce qu’il s’agit vraiment de la pandémie de la propagande globale (pas suivie en Suède, Mexique et Biélorussie) ou/et  une manœuvre de rétribution de fonds vers les riches et puissants qui ne vont jamais avoir assez ?

l’origine, nos états finançaient et décidaient du système de santé. Avec les systèmes de transactions comme SWIFT et EUROCLEAR les multinationales ont trouvé de plus en plus des stratégies pour éviter les impôts ce qui assèche les budgets nationaux - et donc leur budgets de santé.
De l’autre côté, les super riches frayaient dans leur fondations sans participer aux biens communs. Ainsi des fonctions importantes du système médical mondial ont été repris par ces fondations – en fonction de leur intérêts et leur vision pendant que les états devenaient de plus en plus dépossédés et expropriés.

La fondation de Bill Gates ( celui-ci a investi 42,9 milliards $ et Warren Buffet une somme comparable) propage sa vision du nouvel ordre mondial incluant sa vision des systèmes de santé lucratives.

Une structure importante du jeu est la OMS qui reçoit seulement 1 milliard $ de son budget annuel des pays de l’ONU (du total des 4 milliards $) par manque de cotisations. Alors les 3 milliards restantes viennent des fondations et des multinationales et des grandes multinationales. Ceci se traduit dans son activité qui exclut les petits et moyennes entreprises de la concurrence pour les grands projets de santé et permet aux grandes entreprises d’encaisser à des prix de monopoles. Tant pis pour les pauvres de la planète…

Exemplvous vous souvenez de la panique autour des grippes aviaires et porcines : l’OMS avait abusé de son autorité pour propager les ventes de Tamiflu et les pions locaux l’imposaientt en intimidant les citoyens, puis comme la «pandémie» n’est jamais arrivé, les stocks énormes de Tamiflu ont été brûlés représentant des sommes importantes d’argent public.

La fondation Bill Gates est le plus grand donateur de l’OMS (contribuant à 11% de leur budget) et Bill Gates est un maniaque de la vaccination avec une vision d’un monde vacciné à 100 % - par les labos dont la fondation est actionnaire. Ainsi il proclame depuis des années le danger d’une pandémie.

Il travaille entre autres avec l’université John Hopkins et l’institut Chin Yin sur le «monde de demain» incluant par exemple la «biologie synthétique» (on enlève le noyau d’une cellule pour le remplacer par un noyau synthétique).

Maintenant il y des organismes-acteurs dans ce jeu :
La «Global Alliance for Vaccines et Vaccinations» et la CEPI (coalition for epidemic preparedness innovations) incluant le World Economic Forum, Welcome trust, l’Allemagne, le Japon, etc.

...on voit que la politique de santé n’est plus entre les mains de nos élus, mais entre les mains des oligarques et super riches.

Ces institutions ont organisé à plusieurs reprises des simulations de pandémies et de leur effet sur l’économie : La dernière - le 18 oct. 2019 à New York était une simulation d’une pandémie («CAPS») sortie des favelas (quartiers défavorisés) de l’Amérique du sud : scénario : 65 millions de morts, un virus qui se répand par l’air, tout le monde peut être infecté, effets importants sur l’économie globale. Les gens achètent en panique, les magasins se vident et il y a des scènes de violence… (Çà vous rappelle quelque chose ?)

Présent à ce «jeu»: George Fu Gao, ancien prof à Oxford puis devenu presqu’un ministre de santé en Chine responsable pour la gestion d’épidémies. 

Concernant le coté économique, le groupe aux EU qui se rassemble régulièrement pour «sauver le marché» en crise suite à des interventions de la banque centrale n’a pas agi cette fois : les poches remplis de fonds, les grandes banques et investisseurs laissent plonger l’économie pour mieux se servir après l’écrasement des petites et moyennes entreprises. Comme dans les dernières «crises économiques».
En plus dernièrement des grands fonds spéculatifs étaient en difficulté après avoir subi des pertes importantes au degré que leur faillite aurait touché une série de grandes banques. Alors ils étaient « sauvés » avec des sommes astronomiques de la banque centrale (FED). Ce qui ne va pas stabiliser la crise mais permettre à ces fonds spéculatifs de bien se remplir les poches en profitant de la récession par des ventes à découvert. Ce qui leur permettra après d’acheter globalement les entreprises d’intérêt.

 Finalement, que ce qu'a changé dans notre cotidien ? Bien sur il y a des gens qui s'en foutent, mais la pluspart a attrapé le virus de la parano: "viens pas trop proche, peut être tu as le Covid et ca pourrait me tuer". On es plus séparé et -encore mieux pour l'oligarchie: on se police les un les autres: Ils sont tranquilles et peuvent continuer avec vitesse encore plus rapide de s'approprier les richessses matérielles de notre monde.

La stratégie du choc semble de fonctionner et les moutons sont encore plus endormi qu'avant.